English Español français rss
> Accueil > Programme > Systèmes embarqués et Matériel Libre

Systèmes d’exploitation libres pour Nintendo DS : µClinux et RTEMS

Traduction(s) de cet article : English
Intervenant(s) :Jean Michel Friedt, Gwenhael Goavec
Type d'événement :Conférence
Niveau :Confirmé
Date :Mercredi 8 juillet 2009
Horaire :15h00
Durée :40 minutes
Langue :English
Lieu :Salle E122 - Isitem

La Nintendo DS est une console de jeu portable suffisamment ancienne pour que ses périphériques soient bien documentes, partiellement compatible avec son prédécesseur le Gameboy Advance. Basée sur un processeur ARM9 associe à 4 MB de RAM, des outils de développement libres (toolchain autour de gcc/binutils/newlib) permettent de réaliser ses propres applications.

Nous allons exploiter cette console comme prétexte pour, dans un premier temps, rappeler quelques notions de base sur l’architecture des processeurs et notamment les signaux disponibles sur les bus de communication : cette exploration nous amènera a développer quelques périphériques dédiées a des applications de contrôle et d’instrumentation (sorties numériques, acquisition de grandeurs analogiques).

Le support logiciel pour cette première partie sera fourni par DSLinux : le port d’uClinux pour la console de jeu est fonctionnel et fournit un environnement de travail familier, avec un espace utilisateur capable d’accéder a l’ensemble de la mémoire en l’absence de MMU, mais malgré tout la nécessité d’introduire les modules noyau pour gérer les interruptions matérielles.

Nous verrons que la mémoire disponible par défaut — 4 MB — est trop reduite pour exploiter concrètement DSLinux, trop gourmand en ressources. Nous allons par conséquent nous tourner vers un environnement exécutif a faible empreinte mémoire : RTEMS. Cet ensemble d’outils libres fournit les méthodes nécessaires au développements de logiciels temps-réel sur architecture multiprocesseur. Un port a sur Nintendo DS a récemment été annonce par M. Bucchianeri, B. Ratier, R. Voltz et C. Gestes

[1] que nous allons exploiter pour découvrir ce nouvel environnement de travail. En reprenant les exemples développés sur DSLinux, nous allons voir que la compatibilité POSIX de RTEMS réduit considérablement le temps d’adaptation : quelques exemples simples, avec notamment accès aux périphériques cites plus haut, seront démontrés.

[1] http://www.rtems.com/ftp/pub/rtems/current_contrib/nds-bsp/manual.html

PDF - 3 Mo
Slides de la présentation / presentation slides